Recherche       




BALADA TRISTE DE TROMPETA (2011) - Cinemaniacs.be
BALADA TRISTE DE TROMPETA




La troupe est dominée par un clown, Sergio, qui enchante les tous petits par son talent, un homme capable de ravir les enfants comme de terroriser par son despotisme ses compagnons de roulottes, soumis à ses caprices, ses excès et ses blagues grossières. Le seul qui n'accepte pas sa tyrannie a le pâle visage du clown triste. Il s'agit de Javier, profondément affecté par une enfance traumatisante pendant laquelle il a vu son père, clown lui aussi, subir les injustices de la guerre civile et ses sombres conséquences. De fait, il va chercher à se venger sur cette figure de monstre séducteur et tyrannique à la fois, un dessein ravivé par la fascination qu'il ressent à l'égard de Natalia l'acrobate, compagne de couche du sadique chef du cirque. Le spectacle, la tragédie et le grand guignol sont au rendez-vous, sobrement brodés par le fil clair-obscur de l'"astracanada" (type de farce théâtrale), le tout proche de l'esprit de Valle Inclán, avec un final qui parvient à élever le spectacle à un paroxysme difficile à atteindre après une présentation aussi capricieuse, irrégulière et échevelée que celle qu'a conçue Alex de la Iglesia à partir d'un sujet écrit seul, sans la complicité de son co-scénariste habituel,Jorge Guerricaechevarría.


7088

Lion d’Or à la Mostra de Venise pour la meilleure mise en scène et Prix du meilleur Scénario, le film d’Alex de la Iglesia avait en effet les meilleurs atouts pour plaire au Président du Festival, Quentin Tarantino. D’Inglorious Basterds à Balada Triste, de la détestation du Nazisme à celle du Franquisme, l’Histoire a changé de visage mais reste le champ de bataille d’une énorme bouffonnerie dégoulinante de sang, destinée à la mettre en pièces par la démesure et le grotesque. Le film empile les séquences sans guère de logique ni de continuité chronologique. Il y de fameux raccourcis plutôt embarrassants pour le spectateur non averti de l’Histoire récente de l’Espagne alors que la lutte à mort du clown triste, victime assoiffée de vengeance, et du clown vedette, immonde sadique, pour les beaux yeux d’une trapéziste sadomasochiste semble en être la métaphore. Mais plutôt que d’être riche de directions multiples qui exciteraient la curiosité du spectateur, le film donne rapidement l’impression d’être un fourre-tout d’images non-contrôlées. De la comédie romantique à la tragédie historique, du trash le plus sordide à l’envolée onirique, cette tarantinade part dans tous les sens mais sans jamais mener nulle part .Et si l’on attend la fin avec impatience, c’est beaucoup moins pour un dénouement dont on se désintéresse que pour être délivré de l’ultra-violence qui donne à l’ensemble un triste semblant d’unité.

Jean-Pierre Sculier

7089


Donnez votre avis sur le film


7090
7091
7092
7093







2011
Espagne
Comédie dramatique
1h51


Vos étoiles


Realisateur

Alex
De La Iglesia




Acteur

Antonio
de la Torre

(Sergio)


Santiago
Segura

(Padre-Payaso tonto)


Fernando
Guillén Cuervo

(Capitaine milicien)


Enrique
Villen

(Andrés)


Sancho
Gracia

(Coronel Salcedo)


Scenariste

Alex De La Iglesia

Producteur

Vérane Frédiani

Gerardo Herrero

Franck Ribière

Compositeur

Roque Banos

Date de Sortie

Belgique
22/06/2011
DVD
31/10/2011
France
22/06/2011
UK
12/08/2011
Pays-Bas
28/04/2011

Distributeur

Cinéart

Distributeur dvd/Blu-Ray

Twinpics