Recherche       




LA RELIGIEUSE (2013) - Cinemaniacs.be
LA RELIGIEUSE




XVIIIe siècle. Suzanne, 16 ans, est contrainte par sa famille à rentrer dans les ordres, alors qu'elle aspire à vivre dans "le monde". Au couvent, elle est confrontée à l’arbitraire de la hiérarchie ecclésiastique : mères supérieures tour à tour bienveillantes, cruelles ou un peu trop aimantes… La passion et la force qui l’animent lui permettent de résister à la barbarie du couvent, poursuivant son unique but : lutter par tous les moyens pour retrouver sa liberté.


8663

Diderot avait prudemment laissé le manuscrit de « sa » Religieuse dans un tiroir, conscient de son caractère sulfureux. Un séjour à la prison de Vincennes lui avait suffi ! Son œuvre ne paraîtra qu’à titre posthume. Deux siècles plus tard (1967), l’adaptation cinématographique de Jacques Rivette connut bien des démêlés avec la censure et le puissant lobby catholique. Aujourd’hui, Guillaume Nicloux propose sa propre vision du roman. La censure n’est plus ce qu’elle était (ouf !)et le lobby intégriste a sans doute d’autres vilains chats diaboliques à fouetter ! Le film n’est d’ailleurs pas une charge anticléricale mais d’abord un hymne vibrant à la liberté. Oui, il fut un temps, pas si lointain, dans cet occident si civilisé, où la violence faite aux femmes était légale et couverte par des traditions guère remises en cause. Le calvaire de Suzanne Simonin, la jeune novice qui n’avait pas la foi, c’est la tentative d’étouffement de son désir, de vivre, de découvrir le monde. L’interprétation de la jeune Pauline Etienne est remarquable, elle donne à son personnage une volonté dévorante de triompher des épreuves les plus avilissantes. Dommage que le dialogue soit souvent engoncé dans une langue qui se veut proche de celle de Diderot, mais lui enlève au contraire son dynamisme et sa spontanéité. Comme si G. Nicloux tenait à maintenir à distance les passions les plus vives. La mise en scène est conventionnelle, à la recherche d’une certaine élégance classique ; on se surprend à trouver beaux les voiles flottant autour de ces jeunes visages, dans de superbes chapelles dont on finirait par oublier qu’elles sont d’abord des lieux d’endoctrinement et d’enfermement. Film généreux, mais pas vraiment abouti. Et, comme d’habitude, on peut s’interroger sur l’intérêt du remake, lequel dissimule trop souvent la pénurie de scénarios originaux.

Langues : Français Dolby Digital 5.1

Sous-titres : Nederlands

Bonus : interview de Guillaume Nicloux - Carnet de bord de Guillaume Nicloux

Jean-Pierre Sculier

8664


Donnez votre avis sur le film


8665
8666
8667







2013
France Belgique Allemagne
Drame
1h54


Vos étoiles


Realisateur

Guillaume
Nicloux




Acteur

Pauline
Etienne

(Suzanne Simonin)


Isabelle
Huppert

(Supérieure Saint Eutrope)


Louise
Bourgoin

(Supérieure Christine)


Martina
Gedeck

(Mère de Suzanne)


Agathe
Bonitzer

(Soeur Thérèse)


Alice
de Lencquesaing

(Soeur Ursule)


Gilles
Cohen

(Père de Suzanne)


Marc
Barbe

(Père Castella)


François
Négret

(Maître Manouri)


Lou
Castel

(Baron de Lasson)


Nicolas
Jouhet

(Prêtre Sainte Marie)


Pascal
Bongard

(L'Archidiacre)


Françoise
Lebrun

(Madame de Moni)


Scenariste

Guillaume Nicloux

Jérôme Beaujour

Producteur

Benoît Quainon

Compositeur

Max Richter

Date de Sortie

Belgique
20/03/2013
DVD
23/09/2013
BLU RAY
23/09/2013
France
20/03/2013

Distributeur

O'Brother

Distributeur dvd/Blu-Ray

O'Brother distribution