Recherche       




SHAME (2011) - Cinemaniacs.be
SHAME




SHAME aborde de manière très frontale la question d'une addiction sexuelle, celle de Brandon, trentenaire new-yorkais, vivant seul et travaillant beaucoup. Quand sa soeur Sissy arrive sans prévenir à NY et s'installe dans son appartement, Brandon aura de plus en plus de mal à dissimuler sa vraie vie.



Brandon a tout de l’apparence du golden boy new-yorkais, sauf qu’il apparaît vite prisonnier d’une addiction au sexe qui le rend incapable de communiquer avec son entourage. Son luxueux appartement aux vitres immenses donne sur le vide, ses journées et surtout ses nuits se remplissent de dragues sans plaisirs, de rencontres tarifées, de revues et de sites pornos. C’est une dépendance au quotidien, frénétique, parfois violente, que Steve McQueen parvient à décrire avec une crudité sans complaisance ni voyeurisme. Il peut compter sur un Michael Fassbender (Prix d’interprétation masculine au Festival de Venise 2011) qui se révèle une fois encore un des grands acteurs de sa génération. Un acteur qui n’hésite pas à se mettre en danger, qui transmet sa rage d’être enfermé dans sa dépendance, impuissant( !) qu’il est à en briser la solitude infernale. Le film se garde bien de livrer explications et interprétations, et évite la psychologisation. Pourquoi Brandon a-t-il accepté de livrer sa vie à de tels comportements compulsifs ? A supposer qu’il ait pu disposer du moindre libre arbitre ! La réapparition encombrante de Sissy (impressionnante Carey Mulligan), la sœur névrosée et suicidaire, semble rompre l’équilibre malsain auquel il semblait plutôt mal que bien être arrivé. On les devine liés pour le pire depuis une enfance dont on ne saura rien d’autre qu’elle a dû être destructrice. Sissy est-elle la seule femme qu’il aurait eu envie et besoin d’aimer ? On remarque dès les premiers plans que New-York est un des personnages-clés de la vie de Brandon puis de Sissy. New-York avec ses nuits de toutes les libertés et de toutes les dépendances. Le film dérange. Montrer un homme se vider irrésistiblement de son humanité, sans espoir de retour, c’est proposer au spectateur d’aller à contresens des machineries à succès qui lui offrent du positif en veux-tu en voilà. Aller de temps à autre à contresens, ça peut faire du bien !

Jean-Pierre Sculier









2011
Grande-Bretagne
Drame
1h39


Realisateur

Steve
McQueen(2)




Acteur

Michael
Fassbender



Carey
Mulligan

Biographie_disponible



James
Badge Dale



Date de Sortie

Belgique
11/01/2012
DVD
18/04/2012
France
07/12/2011
Disponible

Distributeur

Cinéart

Distributeur dvd/Blu-Ray

Twinpics