Recherche       




SYNGUE SABOUR (2012) Pierre de patience - Cinemaniacs.be
SYNGUE SABOUR
Pierre de patience




Au pied des montagnes de Kaboul, un héros de guerre gît dans le coma ; sa jeune femme à son chevet prie pour le ramener à la vie. La guerre fratricide déchire la ville ; les combattants sont à leur porte. La femme doit fuir avec ses deux enfants, abandonner son mari et se réfugier à l'autre bout de la ville, dans une maison close tenue par sa tante. De retour auprès de son époux, elle est forcée à l'amour par un jeune combattant. Contre toute attente, elle se révèle, prend conscience de son corps, libère sa parole pour confier à son mari ses souvenirs, ses désirs les plus intimes... Jusqu'à ses secrets inavouables. L'homme gisant devient alors, malgré lui, sa "syngué sabour", sa pierre de patience - cette pierre magique que l'on pose devant soi pour lui souffler tous ses secrets, ses malheurs, ses souffrances... Jusqu'à ce qu'elle éclate !


8474

Atiq Rahimi adapte son propre roman (Prix Goncourt en 2008). De ce beau livre il a gardé le sujet et l’atmosphère étrange d’un huis-clos au milieu d’un champ de bataille et de ruines. Dans ce théâtre de la violence absurde (qui tue qui ?), de sombres figurants entrent et sortent, porteurs de la dévastation d’un fanatisme religieux machiste, sûr de lui-même et de ses « valeurs ».Acteurs principaux, un jeune guerrier blessé devenu aphasique, réduit à l’état de légume mais qui continue à respirer… Seules la prière, la volonté de Dieu… En attendant que celle-ci s’exprime, les soins continus de sa femme, principale protagoniste du drame, sont indispensables…. La voilà donc prisonnière de son devoir, du moins dans un premier temps. Car le film est paradoxalement l’histoire d’une libération, d’un affranchissement. Elle parle à l’homme, plus pour elle-même, lui dit ses espoirs déçus, ses frustrations de jeune épouse à qui tout fut imposé : un mari méprisant et violent, ignorant tout de l’amour, et ne désirant rien en savoir. La parole est libératrice, elle est successivement plaintive, suppliante et agressive, à mesure qu’elle révèle des désirs dont le dénouement ne peut garantir qu’ils seront enfin satisfaits. La pierre de patience est-elle encore efficace alors que les hommes ont perdu une partie de leur humanité ? Toute la beauté de ce film austère repose sur l’émotion que communique cette formidable actrice qu’est Golshifteh Farahani. Que de sentiments traversent son beau visage ! Après avoir tourné plusieurs films en Iran, cette jeune iranienne n’est plus aujourd’hui la bienvenue dans son pays. Trop libre ! Jean- Claude Carrière, le grand scénariste de tant de réussites cinématographiques, au scénario avec le réalisateur lui-même, qui se sent français dans son pays natal, l’Afghanistan, et Afghan en France, sa seconde patrie. Une actrice iranienne, exilée. Ben oui, il y a des hommes et des femmes qui restent debout. « Pierre de Patience » ne sera pas un blockbuster, juste une petite pierre. Et si elle éclate, ce sera bien pour une certaine idée du cinéma qu’on peut encore garder au fond de ses goûts et de ses passions.

Jean-Pierre Sculier

8475
8476
8477
8478









2012
France Afghanistan
Drame
1h42


Realisateur

Atiq
Rahimi




Acteur

Golshifteh
Farahani

(La femme)


Hamidreza
Javdan

(L'homme)


Hassina
Burgan

(La tante)


Massi
Mrowat

(Le jeune soldat)


Scenariste

Jean-Claude Carrière

Producteur

Michael Gentile

Directeur de la photographie

Thierry Arbogast

Compositeur

Mirwais Ahmadzai

Date de Sortie

Belgique
20/03/2013
DVD
24/06/2013
BLU RAY
24/06/2013
France
20/02/2013

Distributeur

Cinéart

Distributeur dvd/Blu-Ray/VOD

Cinéart