Recherche       




ONLY GOD FORGIVES (2013) - Cinemaniacs.be
ONLY GOD FORGIVES




Julian, Anglais installé à Bangkok, est une figure respectée de la Pègre. Avec son frère Billy, il dirige un club de boxe thaï qui est en réalité un lieu consacré au trafic de drogue à destination de Londres. Quand Billy est assassiné, leur mère Jenna arrive de Londres pour chercher le corps. Elle est elle-même à la tête d'une puissante organisation criminelle et a l'habitude d'obtenir exactement ce qu'elle veut. Elle va régler ses comptes, à travers un parcours sanglant où se mêlent rage, trahison et vengeance, qui mènera à une ultime confrontation et à une possibilité de rédemption.



Le nouveau film du réalisateur danois Nicolas Winding Refn a déjà suscité à Cannes beaucoup de controverses. Le réalisateur de Drive (n’en espérez surtout pas une sorte de suite) n’y allant pas par quatre chemins, difficile de se cantonner dans une critique modérée.Allons-y et assumons le parti-pris. L’intrigue est d’une rare minceur : une confuse histoire de vengeance (une de plus), qui libère une surenchère de scènes ultra-violentes, dans une sorte de délire trash, la violence la plus extrême étant celle d’une bande sonore à rendre agressif le plus placide des critiques (on exagère un tout petit peu !). La rengaine est connue, il s’agit d’une violence esthétisée, transcendée par la beauté formelle d’images remarquablement sophistiquées etc.etc.Parlons plutôt d’un formalisme lourd, d’une recherche quasi systématique de l’effet. Les personnages sont comme des pantins emprisonnés dans leurs poses. Leurs regards en disent long sur la méchanceté de leurs intentions, tellement long que vous avez le temps d’observer si votre voisin, lui, ne serait pas touché par la grâce d’un chef-d’œuvre qui serait en train de vous échapper. Mais le doute ne dure pas. Les ralentis, aussi nombreux que vains, font traîner un scénario qui tâche de cacher sa vacuité sans jamais y parvenir. Non, vous n’êtes pas dans un film de Tarantino, dont les dialogues et l’humour donnent à la violence une effervescence ludique qui la rend acceptable. Nulle trace d’humour, un dialogue( ?) rudimentaire à la mesure du désert mental des uns et des autres. Ryan Gosling y va d’une performance physique qui a dû lui coûter beaucoup de plaies et de bosses mais il ne donne guère de crédibilité à son personnage de vieil enfant qui ne réussit pas à dépasser sa phase œdipienne. Son mutisme et son regard triste finissent par fatiguer. Kristin Scott Thomas est certes méconnaissable en mère castratrice ; sorte de Cruella blonde oxygénée, elle surjoue son rôle diabolique à un point tel qu’elle en devient comique. La déception est d’autant plus vive que N.W.Refn est devenu méritoirement un des réalisateurs les plus personnels d’aujourd’hui. Tous comptes, allez-y voir vous-mêmes, peut-être trouverez-vous les bonnes raisons pour aimer ce film. Dans ce cas, il vous restera juste à pardonner à l’auteur de ces lignes.

Jean-Pierre Sculier
Donnez votre avis sur le film




Langues : English Dolby Digital 5.1 - Français Dolby Digital

Sous-titres : Français, Nederlands

Bonus : Interview de Nicolas Winding Refn - Dans les coulisses de « Only God Forgives » -Commentaire audio du réalistateur









2013
France Danemark
Drame policier
1h30


Vos étoiles


Realisateur

Nicolas
Winding Refn




Acteur

Ryan
Gosling

Biographie_disponible

(Julian)


Kristin
Scott Thomas

(Crystal)


Tom
Burke

(Billy)


Vithaya
Pansringarm

(Chang)


Yayaying
Rhatha Phongam



Byron
Gibson

(Byron)


Sahajak
Boonthanakit

(Pol Col. KIM)


Scenariste

Nicolas Winding Refn

Producteur

Lene Børglum

Sidonie Dumas

Vincent Maraval

Compositeur

Cliff Martinez

Date de Sortie

Belgique
22/05/2013
DVD
02/10/2013
BLU RAY
02/10/2013
France
22/05/2013
USA
19/07/2013
UK
02/08/2013
Pays-Bas
13/06/2013

Distributeur

Cinéart

Distributeur dvd/Blu-Ray

Cinéart