Recherche       




BANDE DE FILLES (2014) - Cinemaniacs.be
BANDE DE FILLES




Marieme vit ses quinze ans comme une succession d'interdits. La censure du quartier, la loi des garçons, l'impasse de l'école. Sa rencontre avec une bande de filles affranchies change tout. Elle embrasse les codes de la rue, la violence, l'amitié, pour vivre sa jeunesse...


9671

Très remarqué en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs au dernier Festival de Cannes, le film de la jeune réalisatrice Céline Sciamma ! Espérons que le succès populaire suivra.

Le film nous plonge en immersion totale dans une banlieue que l’on devine non loin de Paris. Encore un, direz-vous ? Loin de sacrifier aux stéréotypes dont on nous rebat les oreilles jusque dans les salles obscures, pas d’islamistes à l’horizon, pas de mosquées sulfureuses ni de prêches agressifs. Des blacks, rien que des blacks ou presque, rien que des filles rieuses, sensuelles, agressives, des combattantes. La première séquence crée l’ambiance : 2 équipes s’affrontent dans un match de football américain, les contacts physiques sont durs, on ne se fait pas de cadeaux entre filles du même quartier. C’est qu’il faut montrer aux autres, et à soi-même, qu’elles sont prêtes à affronter un environnement qui leur est hostile, celui du déclassement scolaire précoce, celui du machisme des grands frères « protecteurs ».

Nous allons suivre la trajectoire de Mariemme,(Karidja Touré, dans son premier rôle), ses rêves brisés, sa rage et ses colères, ses errements dangereux. La drogue, la prostitution seraient des voies faciles mais la jeune fille est une rebelle. Elle manque souvent de tomber mais réussit toujours à se redresser. La jeune fille insuffle dans sa vie, pour la rendre plus libre et plus conforme à ses désirs, une énergie qui pourrait bien finir par l’emporter, la dernière séquence permet de l’espérer. En échec scolaire, mère de substitution, épiée en permanence par un frère aîné dominateur et violent, il va lui en falloir de l’énergie pour prendre sa vie en mains, refuser les rôles qui lui semblent prédestinés et qui l’enfermeraient pour de bon dans la banlieue-ghetto. Elle semble en avoir des trésors.

Sans jamais juger ses personnages, C. Sciamma leur laisse la liberté de vivre. Mariemme n’est pas seule, l’amitié la lie avec d’autres filles, avec qui elle partage la même folle énergie, dans des moments où ça chante, ça danse, ça bouscule, ça s’hystérise. Mais leur regard, parfois, se voile de mélancolie, comme si elles étaient rattrapées par l’angoisse de ne pas pouvoir être encore longtemps cette bande de filles, libres, vivantes, légères et un peu folles.

Après l’excellent TOMBOY, et les émois d’une enfance perturbée dans la recherche de l’identité sexuelle (film dont les catholiques intégristes français ont voulu interdire la diffusion sur Arte récemment), la réalisatrice réussit un film réjouissant, qui pose un regard généreux sur un petit monde que l’on ne connaît d’ordinaire que par la caricature qu’en font les médias.

Jean-Pierre Sculier

9672
9673
9674
9675
9676









2014
France
Drame
1h54


Realisateur

Celine
Sciamma




Acteur

Karidja
Touré

(Marieme, alias Vic)


Assa
Sylla

(Lady)


Idrissa
Diabaté

(Ismaël)


Scenariste

Celine Sciamma

Producteur

Bénédicte Couvreur

Compositeur

Jean-Baptiste de Laubier

Date de Sortie

Belgique
22/10/2014
DVD
06/03/2015
BLU RAY
06/03/2015
France
22/10/2014

Distributeur

Cinéart

Distributeur dvd/Blu-Ray

Twinpics



Sur le web Belgique









Sur le web France






Sur le web USA